Toute la vérité au sujet des CELI, des REER et des FERR

Himani Ediriweera

Une paire de pieds debout sur une route goudronnée avec flèche jaune impression pointage dans trois directions différentes pour le concept de prise de décision à la croisée des chemins.

 

Qu'est qu'un CELI? Un REER? Un FERR?

Le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) permet aux Canadiens âgés de 18 ans de cotiser jusqu'à 5 500 $ annuellement à un compte spécial. Les revenus des placements effectués dans ce compte sont libres d'impôts. Cependant, les cotisations ne sont pas déductibles d'impôt.

Un régime enregistré d'épargne-retraite (REER) est un compte d'épargne à l'abri des impôts. Les cotisations à ce régime sont déductibles d'impôts, jusqu'à un seuil maximal. Le revenu qui s'accumule dans le régime est exempt d'impôt. Les retraits sont imposés au moment où les fonds sont retirés. Lorsque le propriétaire d'un REER atteint l'âge de 71 ans, il doit convertir le régime à un FERR ou payer de l'impôt sur le montant total.

Un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) est un instrument juridique pour émettre des fonds qui ont été accumulés dans un REER. Les fonds sont à l'abri des impôts lorsqu'ils se trouvent dans le FERR, mais imposés lorsqu'ils sont retirés. Le FERR doit être établi avant que le propriétaire n'atteint l'âge de 71 ans. Après avoir établi un FERR, il n'est pas possible d'y ajouter des fonds. Des retraits réguliers doivent être effectués, selon un calendrier déterminé.
 

Lequel de ces instruments est le plus valable, et à quel moment?

Au cours des dernières années, les CELI ont gagné en popularité, comparativement aux REER à l'abri des impôts et beaucoup plus anciens.  Alors que les deux constituent d'excellents instruments pour épargner et partagent de nombreuses caractéristiques, leur très grande différence est la suivante : les REER sont à l'abri des impôts et les CELI sont libres d'impôts. Donc, à partir du moment où vous retirez des fonds d'un REER ou recevez des paiements d'un FERR, vous pouvez payer de l'impôt.

Si vous ne pouvez résister à puiser dans vos économies, le CELI est la meilleure option pour vous. Gardez toujours à l'esprit qu'un REER est à l'abri des impôts et non pas libre d'impôt, et considéré comme étant un revenu.

  • Si vous possédez 100 000 $ dans un FERR, vous êtes tenu de faire des retraits minimaux annuels qui sont imposés.  Lorsque ce montant est imposé, il pourrait vous coûter 30 000 $.
  • Si vous possédez 100 000 $ dans un CELI, vous obtiendrez au moins 100 000 $, parce que vous n'êtes pas obligé de faire des retraits annuels imposables et que l'argent retiré n'est pas imposé.
     

Quels instruments les Canadiens utilisent-ils pour l'épargne-retraite?

Les CELI gagnent en popularité, mais les REER sont un peu plus populaires. Une étude effectuée par la Banque Royale du Canada à la fin de 2014 a révélé que 54 % des Canadiens détiennent des placements dans des CELI et 59 % dans des REER. Une étude de la Banque de Montréal a déterminé que 20 % des Canadiens prévoient cotiser le montant maximal dans un CELI. De plus, les Canadiens détiennent une moyenne de 17 490 $ dans des CELI, et plus de la moitié utilisent ce régime flexible et libre d'impôts pour planifier leur retraite.
 

Le REER est-il toujours pertinent?

Oui. Un REER offre d'importantes économies déductibles d'impôt pendant que vous investissez dans votre retraite. Les cotisations réduisent votre revenu imposable et vous permettent d'épargner plus, tout en payant moins d'impôts. Plus vous commencez à cotiser tôt, pour plus vous gagnez en capitalisation, ou d'intérêt, sur ces économies. Mais, à un moment donné, vous devrez payer des impôts sur l'argent que vous retirez.
 

Quel instrument est le plus flexible?

Un CELI est plus flexible qu'un REER, pour trois raisons.

Premièrement, l'argent que vous retirez d'un CELI ne sera pas imposé à titre de revenu. Cela signifie que si vous avez une situation urgente ou souhaitez prendre des vacances luxueuses, il vaut mieux utiliser les fonds de votre CELI.

En revanche, l'argent retiré d'un REER est imposé, à titre de revenu. Le montant retiré est ajouté à vos gains annuels, ce qui peut vous faire passer à une tranche d'imposition supérieure.

Deuxièmement, les droits de cotisation à un CELI sont cumulatifs et les montants non utilisés peuvent être reportés indéfiniment. L'argent retiré d'un CELI peut être déposé à nouveau, jusqu'à concurrence de votre droit de cotisation, sans aucune pénalité.

En revanche, si vous retirez des fonds de votre REER avant l'échéance, vous devrez payer une retenue fiscale (ou retenue d'impôt à la source) de 10 % à 30 %, selon votre province ou territoire. Et votre perte de capitalisation libre d'impôt de l'investissement effectué ne peut jamais être récupérée.

Troisièmement, le CELI n'a pas de limite d'âge. Vous pouvez continuer à y déposer des fonds et à utiliser l'argent qui s'y trouve aussi longtemps que vous le souhaitez. À ce jour, le total du droit de contribution est de 36 500 $. En vertu de la législation proposée, les résidents canadiens pourront cotiser jusqu'à 10 000 $ par an, par rapport au droit actuel de 5 500 $.

En revanche, vous ne pouvez cotiser à votre REER que jusqu'à l'année où vous atteignez l'âge de 71 ans.
 

Qu'arrive-t-il à mon REER ou à mon CELI lorsque j'ai 71 ans?

D'ici le 31 décembre de l'année où vous atteignez l'âge de 71 ans, vous devez choisir une option d'échéance de REER, comme un FERR, et y transférer vos fonds. Un FERR permet d'effectuer la plupart des placements qui sont possibles dans un REER et les fonds peuvent y croître à l'abri des impôts. Selon le montant de votre FERR, il pourrait vous fournir un revenu tout au long de votre retraite.

Lorsque vous convertissez votre REER en FERR, vous ne pouvez plus y cotiser.  De plus, vous serez tenu de faire des retraits annuels prédéterminés qui augmenteront graduellement. Votre solde continue de croître, à l'abri des impôts jusqu'à ce que les fonds soient retirés. Les fonds qui sont retirés d'un FERR constituent un revenu imposable. Tout retrait d'un montant excédant votre seuil minimum est assujetti à une retenue fiscale de 10 % à 30 %.

Un CELI n'a pas de limite d'âge. Vous pouvez continuer à y cotiser, même après l'âge de 71 ans, et les fonds sont libres d'impôt.
 

Récapitulons : en quoi un CELI, un REER et un FERR sont-ils différents?

Le CELI et le REER offrent une croissance libre d'impôt.

  • Les épargnes d'un CELI sont libres d'impôts, alors que celles d'un REER ou d'un FERR sont à l'abri des impôts.
  • L'argent placé dans un CELI peut être retiré, libre d'impôt et en tout temps. Dans un REER ou un FERR, les retraits avant échéance entraînent une retenue fiscale de 10 % à 30 %.
  • Les fonds retirés d'un CELI sont automatiquement ajoutés à votre droit de cotisation pour l'année suivante. Le droit de cotisation à un REER dépend de votre revenu imposable et est visé par un seuil maximum.
  • Les cotisations à un CELI ne sont pas déductibles d'impôts. Le REER réduit votre revenu imposable et augmente votre revenu lorsque vous retirez des fonds.
  • Les cotisations à un CELI ne sont pas visées par une limite d'âge et vous n'êtes pas tenu de gagner un revenu pour cotiser.
 

REER

CELI

FERR

Dépôts déductibles d'impôt

Oui

Non

S. O.

Retraits imposables

Oui

Non

Oui

On peut cotiser*.

Oui

Oui

Non

Il faut gagner un revenu pour cotiser.

Oui

Non

S. O.

Doit être converti en FERR à l'âge de 71 ans.

Oui

Non

S. O.

* Jusqu'à un seuil maximal

Selon vos objectifs en matière d'épargne, le CELI et le REER sont d'excellents instruments d'épargne. Les spécialistes recommandent d'utiliser les deux. Toutefois, si cela n'est pas possible, consultez un conseiller financier, qui vous aidera à déterminer le régime qui convient le mieux à vos besoins.