Turkey

Patrick Imbeau


Istanbul

Évoquer la riche histoire d’Istanbul revient à dire que Rio possède une belle plage. Istanbul incarne l’histoire même, gravée dans la pierre. En marchant dans ses rues, vous posez les pieds à la croisée d’empires défunts, dont l’Empire byzantin (établi par les Grecs au VIIe siècle avant l’ère chrétienne), Constantinople (capitale chrétienne de l’Empire romain de l’Orient) et enfin, l’Empire ottoman.  

La ville moderne d’Istanbul est la plus grande de la Turquie et la cinquième en importance au monde. À cheval sur deux continents, les influences européennes et asiatiques s’y conjuguent à merveille. Comme touriste, vous serez fasciné par le chevauchement des cultures dans tous les aspects de la vie istanbulienne. La cuisine locale par exemple, marie superbement les saveurs des Balkans, de l’Asie Centrale, du Moyen-Orient et des pays méditerranéens, tout en accordant une place de choix aux produits du terroir (particulièrement prisée, la grenade s’emploie dans les salades comme dans les kiosques à jus).

Pour explorer Istanbul, le quartier Sultanahmet constitue le meilleur point de départ, car la fusion de l’Orient et de l’Occident y est la plus marquée. Vous y trouverez la basilique Sainte-Sophie (ou Hagia Sofia), la Mosquée du sultan Ahmed (couramment surnommée la Mosquée Bleue), la Citerne Basilique, l'Hippodrome et le palais de Topkapi, sans oublier de nombreux hammams (bains turcs) et restaurants. Aucun lieu n’incarne Istanbul mieux que la basilique Sainte-Sophie. Pendant près de 900 ans, l’édifice a servi de cathédrale orthodoxe à Constantinople. Lorsque la ville tomba aux mains de l'Empire ottoman, la cathédrale fut convertie en mosquée de 1453 à 1931.

Aujourd’hui, elle fait office de musée ouvert au public dont l’intérieur a préservé chacun des changements historiques qui s’y sont succédé. Parmi ses plus belles attractions se trouvent de belles mosaïques de Jésus, de Marie et d’autres figures chrétiennes qui ont été découvertes en 1849, ainsi qu’un grand mihrab (niche qui indique la direction de la Mecque, ville sainte de l’Islam), à l’endroit où se trouvait l’autel de la cathédrale, autrefois. Les superbes plafonds voûtés de cette cathédrale témoignent de l’excellente ingénierie de l’époque et constituent l’un des meilleurs exemples de l'architecture byzantine encore debout.  


Le Grand Bazar

 

Chasse au trésor au Grand Bazar

Si l’histoire vous intéresse — ainsi qu’un peu de magasinage —, prenez le tramway en direction du Grand Bazar d’Istanbul, un centre commercial de 500 ans. Préparez-vous à négocier les prix, puisque dans ce vaste marché public (l’un des plus grands du monde), le marchandage règne. Abritant plus de 3 000 magasins, il accueille 250 000 visiteurs par jour.

Assurez-vous d’avoir assez de temps pour explorer les trésors de tous les kiosques du marché, d’objets en cuir et en or, en passant par les costumes pour la danse du ventre et les souvenirs en céramique. Vous rencontrerez, lors de votre exploration de la ville, des chiens et chats errants amicaux et affectueux pour la plupart. Les chats et les chiens en liberté font partie de la culture de la ville d’Istanbul depuis des siècles. Le gouvernement turc embauche des gens qui attrapent les chiens, les font stériliser, les vaccinent, les soignent en cas de maladie, leur mettent un collier à médaille au cou et les remettent en liberté à l’endroit de leur capture. On ne donne pas de médailles aux chats, mais les habitants locaux les traitent avec respect, comme le préconise la tradition islamique. Il va sans dire que les résidents ne vous en voudront pas si vous offrez des restants de viande aux animaux errants.  

 

Un pays qui en vaut le détour, avec un peu de prudence

En 2013, les manifestations de masse contre le développement commercial qui ont eu lieu à la place Taksim à Istanbul ont été à la une dans le monde. Plus de 3 millions et demi de personnes ont pris part aux manifestations, qui, dans certains cas, se sont transformées en confrontations violentes avec la police. Toutefois, Istanbul demeure sûre pour les touristes.

Pour visiter la Turquie, les Canadiens doivent obtenir détenir un visa. Les touristes devraient prendre les mêmes précautions que celles qui sont valables pour toutes les grandes villes d’Europe. Assurez-vous que vos effets personnels, vos passeports et les autres documents sont en lieu sûr en tout temp, faites preuve de vigilance, respectez les conseils des autorités locales et suivez l’information dans les médias locaux et internationaux. Il est également sage de s’informer souvent sur les avis de voyage. La Turquie partage ses frontières avec la Syrie et l'Irak, et il convient d’éviter ces zones frontalières à l’heure actuelle. Mais comme Istanbul se trouve à 1 100 km et à plus de 1 600 kilomètres de la Syrie et de l'Irak, respectivement, elle reste une oasis de beauté et de calme pour le voyageur occidental.