Safari africain

Sandra Macgregor
bikeriderlondon/shutterstock.com

C'est le rêve de tout amateur de safari : se retrouver tout près d'un des « cinq trophées » africains très recherchés. À seulement quelques pieds de notre voiture, un léopard marchait sur le bord de la route et semble ne pas se soucier du reste du monde. Un très gros léopard, magnifique et nonchalant. À l'intérieur de la voiture, ma sœur, Sarah et moi étions silencieuses, comme si le seul son de notre respiration pouvait provoquer la fuite de la créature dans les buissons épais et broussailleux. Je suis certaine que le chat peut entendre mon cœur battre, qui cognait alors aussi rapidement et fort que les tambours africains que j'ai entendus à un concert au Cap.

Chaque enjambée langoureuse de ce fauve habituellement timide semblait être un cadeau. De retour au camp de base Lower Sabie, où nous avions loué un bungalow rustique, j'ai entendu d'autres voyageurs dire que le léopard restait l'animal de leur liste d'incontournables n'ayant pas encore été cochés. Cette rencontre avec ce félin fuyant est l'événement où j'ai été le plus près de vivre un moment réellement magique de toute ma vie.


Sandra Macgregor

 

Parc national Kruger — L'endroit où vous pouvez observer les « cinq trophées »

Magique est vraiment le mot approprié pour un endroit aussi hors du commun qu'est le Parc national Kruger d'Afrique du Sud, où des léopards marchent sur le bord des routes, des éléphants ont priorité et des oiseaux aussi colorés que des pierres précieuses brillent aussi ardemment que le soleil africain.

Soudainement, le léopard repéra quelque chose dans les herbes hautes, et en jetant un dernier coup d'œil par-dessus son épaule, sauta dans les buissons. Tout en ayant pleinement conscience de notre chance de l'avoir vu, nous en voulons plus. Ce que les amateurs de safari peuvent être égoïstes!

Heureusement, le Parc national Kruger est d'une générosité complaisante. Couvrant un territoire de près de deux millions d'hectares et au nombre des plus grandes réserves de chasse en Afrique, il abrite une faune dont la diversité est stupéfiante, notamment plus de 500 espèces d'oiseaux, 114 sortes de reptiles et 147 catégories différentes de mammifères. Il est également considéré comme un des meilleurs endroits au monde pour observer chaque membre des « cinq trophées » : le lionl'éléphantle buffle d'Afriquele léopard et le rhinocéros. Ne laissez toutefois pas ces vedettes surpasser les autres résidents de Kruger; des guépards, des hippopotames, des hyènes, des phacochères, des zèbres, différentes espèces d'antilopes et de nombreux autres animaux vivent dans ce parc national.
 

S'y rendre et y rester

Sarah et moi sommes arrivées du Cap, en passant par l'aéroport international de Johannesburg, où nous avions loué une voiture et ensuite conduit pendant cinq heures pour nous rendre au Parc national Kruger, quelques jours auparavant. Les récits d'observations fréquentes et inégalables de touristes et d'habitants et la possibilité de faire un safari seules à un prix très abordable nous y avaient attirées.. Contrairement aux pavillons de chasse privés qui facturent couramment de 500 $ à 2 500 $ la nuit, le Parc national Kruger est géré par le gouvernement. Afin d'être accessible non seulement aux touristes bien nantis, mais aussi à la population sud-africaine, il offre des options d'hébergement exceptionnellement économiques.

Nous avons eu la surprise de constater que les routes du Parc étaient aussi bien entretenues, et qu'il était facile de conduire autour de la réserve. Malgré le bon état des routes, les bouchons de circulation sont fréquents ici, mais nous en étions vraiment heureuses! Être « pris dans le trafic » signifie une tout autre chose lorsque vous vous faites encercler par une harde de buffles d'Afrique qu'il ne faut pas oser brusquer, de babouins faisant une balade ou de zèbres fringants traversant la route. Cependant, si vous vous lassez de conduire vous-même, n'ayez crainte, chaque camp de base dispose de ses propres gardes-chasses qui offrent des safaris le matin, au coucher du soleil et la nuit, tous les jours. Assurez-vous seulement de faire une réservation.

Une Oiseau
Sergey Uryadnikov/shutterstock.com
 

Aussi un paradis pour les ornithologues

Bien que les mammifères retiennent le plus l'attention, j'ai été surprise de découvrir combien j'ai aimé entrevoir les habitants à plumes du Parc national Kruger. Avec leur plumage resplendissant, les martins-pêcheurs, les rolliers et les guêpiers discréditaient toute émeraude ou tout saphir que j'ai vu dans une bijouterie. Même le disgracieux bucorve du Sud avec sa caroncule pourpre me charmait, avec son chant profond et retentissant rivalisant parfaitement avec les rugissements des lions.

Il est rare d'expérimenter une telle beauté et un tel danger à tour de rôle. Parfois, il nous arrivait de voir les restes d'une carcasse de zèbre, un rappel que la lutte pour la survie peut coûter la vie tant de la proie que du prédateur ici. Au sortir des buissons, un hippopotame au regard docile contredit sa réputation du prédateur le plus dangereux en Afrique. À mon avis, le rhinocéros à carrure de char d'assaut fait vraiment peur. Mais j'ai rapidement appris que la férocité d'un rhinocéros se dirigeant tout droit sur votre voiture est grandement moindre lorsque son dos est recouvert d'un charmant groupe de pique-bœufs qui la nettoient.
 

Ne jamais dépasser une voiture arrêtée

De retour à notre camp de base, nous nous stationnions et nous dirigions ensuite vers la réception. À cet endroit, les clients trouvent une grande carte de la région environnante sur laquelle d'autres amoureux des animaux indiquent les principaux endroits où ils en ont observé. Remarquant l'endroit où des lions avaient été vus, nous avions planifié une sortie le lendemain pour essayer de les trouver. « Un conseil pour observer des animaux? », ai-je demandé à un garde-chasse que j'ai croisé. « Ne dépassez jamais une voiture arrêtée », m'a-t-il répondu. « Il y a toujours une raison pour laquelle quelqu'un s'est arrêté sur le bord de la route. Soyez patiente et observez. »

Et, en prenant ses paroles au sérieux, nous avons vécu nos deux meilleures observations le lendemain. Bien que nous ne voyions rien au départ, trois voitures arrêtées indiquaient qu'un événement intéressant devait se produire dans le buisson de gauche. Dès que nous nous sommes rangées, cinq têtes de lion sont apparues dans l'herbe pour regarder leurs spectateurs admiratifs. Quelques heures plus tard, alertées à nouveau par des véhicules sur le bas-côté, nous nous sommes arrêtées pour scruter l'horizon pendant plusieurs minutes sans rien voir. Ce n'est qu'en repérant une petite hyène bondissant au-dessus de ses frères et sœurs que nous avons remarqué trois bébés hyènes et leur mère endormis dans un fossé tout juste à côté de nous.

La générosité des clients du Parc national Kruger est étonnante. Il n'est pas inhabituel qu'une voiture se range à côté de la vôtre et qu'un autre touriste effectuant un safari vous avise qu'il y a un rhinocéros ou un hippopotame caché dans les buissons à seulement dix pieds plus loin à gauche. Un jour, même après être restées pendant 15 minutes à côté d'une voiture qui s'était rangée, ma sœur et moi n'avions rien vu et avions décidé de démarrer pour retourner sur la route. Mais alors que nous commencions à rouler, le conducteur, qui possédait le plus long téléobjectif que j'aie jamais vu, nous fit des signes frénétiques et baissa sa fenêtre. Nous faisons de même, et avec une voix se situant entre un cri et un murmure, il prononce les mots que tous les visiteurs du Parc national Kruger désirent entendre : « Des guépards! Des guépards! » Pointant vers la gauche, il ajouta : « Ils sont dans l'herbe! Attendez. » Et, effectivement, moins de cinq minutes plus tard, trois guépards se réveillèrent finalement de leur sieste et s'assirent, attendant patiemment que nous prenions un bon millier de photos.

 

Ne jamais dépasser une voiture arrêtée

De retour à notre camp de base, nous nous stationnions et nous dirigions ensuite vers la réception. À cet endroit, les clients trouvent une grande carte de la région environnante sur laquelle d'autres amoureux des animaux indiquent les principaux endroits où ils en ont observé. Remarquant l'endroit où des lions avaient été vus, nous avions planifié une sortie le lendemain pour essayer de les trouver. « Un conseil pour observer des animaux? », ai-je demandé à un garde-chasse que j'ai croisé. « Ne dépassez jamais une voiture arrêtée », m'a-t-il répondu. « Il y a toujours une raison pour laquelle quelqu'un s'est arrêté sur le bord de la route. Soyez patiente et observez. »

Et, en prenant ses paroles au sérieux, nous avons vécu nos deux meilleures observations le lendemain. Bien que nous ne voyions rien au départ, trois voitures arrêtées indiquaient qu'un événement intéressant devait se produire dans le buisson de gauche. Dès que nous nous sommes rangées, cinq têtes de lion sont apparues dans l'herbe pour regarder leurs spectateurs admiratifs. Quelques heures plus tard, alertées à nouveau par des véhicules sur le bas-côté, nous nous sommes arrêtées pour scruter l'horizon pendant plusieurs minutes sans rien voir. Ce n'est qu'en repérant une petite hyène bondissant au-dessus de ses frères et sœurs que nous avons remarqué trois bébés hyènes et leur mère endormis dans un fossé tout juste à côté de nous.

La générosité des clients du Parc national Kruger est étonnante. Il n'est pas inhabituel qu'une voiture se range à côté de la vôtre et qu'un autre touriste effectuant un safari vous avise qu'il y a un rhinocéros ou un hippopotame caché dans les buissons à seulement dix pieds plus loin à gauche. Un jour, même après être restées pendant 15 minutes à côté d'une voiture qui s'était rangée, ma sœur et moi n'avions rien vu et avions décidé de démarrer pour retourner sur la route. Mais alors que nous commencions à rouler, le conducteur, qui possédait le plus long téléobjectif que j'aie jamais vu, nous fit des signes frénétiques et baissa sa fenêtre. Nous faisons de même, et avec une voix se situant entre un cri et un murmure, il prononce les mots que tous les visiteurs du Parc national Kruger désirent entendre : « Des guépards! Des guépards! » Pointant vers la gauche, il ajouta : « Ils sont dans l'herbe! Attendez. » Et, effectivement, moins de cinq minutes plus tard, trois guépards se réveillèrent finalement de leur sieste et s'assirent, attendant patiemment que nous prenions un bon millier de photos.

Braais communs et nouveaux amis

Les soirs, de retour au camp, la camaraderie se poursuivait. Les soirées sont réservées aux braais communs (le mot sud-africain pour BBQ) et aux récits des aventures de la journée autour de quelques bières. Lorsque la lune chasse finalement le soleil du ciel et que la nuit tombe, on sort des cartes pour montrer aux nouveaux amis où les léopards ou les guépards très recherchés ont été aperçus. Ce qui rend le Parc national Kruger encore plus spécial est que, contrairement à de nombreux safaris luxueux et en raison de son accessibilité, vous avez l'assurance de rencontrer autant d'habitants que de visiteurs internationaux. Passer des soirées à échanger des histoires avec des Sud-Africains signifie que vous êtes aussi susceptible d'entendre le récit d'une rencontre personnelle avec Nelson Mandela ou de la vie durant l'apartheid que d'une observation fantastique d'animal.

Alors que nous nous dirigions vers notre bungalow pour dormir, je pensais à comment le fait de faire partie du Parc national Kruger, ne serait-ce que durant une courte période, m'avait transformée d'une foule de façons, mais particulièrement en ce qui concerne ma passion pour les félins. Je me suis toujours considérée comme une amatrice de chiens, mais malgré une remarquable interaction avec une maman hyène et ses petits, ce sont les félins qui ont volé la vedette pour moi ici. Grâce à d'incroyables rencontres avec un léopard, un groupe de lions et des guépards, je crois être en train de devenir une amatrice de chats finalement.

Comment s'y rendre? Nous avons atterri à Johannesburg et avons loué une voiture à l'aéroport, puis avons conduit pendant cinq heures pour arriver à Kruger. Pour ceux moins enclins à conduire sur de longues distances du mauvais côté de la route (ils conduisent du côté gauche en Afrique du Sud et dans une bonne partie de l'Afrique), une option populaire consiste à prendre un court vol de l'aéroport international de Johannesburg à Nelspruit (où vous pouvez également louer une voiture), qui n'est ensuite qu'à une heure du Parc national Kruger.

Les camps à Kruger : il y a 12 camps principaux répartis sur les quelques deux millions d'hectares du Parc national Kruger, chacun ayant une atmosphère unique et une liste particulière d'animaux que vous êtes le plus susceptible d'observer dans la région. Chaque site comporte différents types d'hébergement, allant de tentes à des bungalows et à de petits hôtels luxueux, et la plupart ont des cuisines. Les camps ont également leurs propres magasins où vous pouvez acheter des provisions. Seuls quelques-uns offrent des guichets automatiques et Internet; assurez-vous donc de vérifier si c'est le cas avant de réserver. Vous pouvez réserver directement sur le site Web du Parc national Kruger (disponible en anglais seulement). 

Activités : un grand nombre de camps offre des options d'activité spéciale, comme des tours guidés par un garde-chasse, des randonnées guidées et même des sentiers de vélo de montagne. Il y a aussi un terrain de golf (disponible en anglais seulement) de neuf trous au camp Skukuza. Assurez-vous seulement de réserver, car le nombre de personnes pouvant participer à ces activités est rapidement atteint.